Bourrer


superbe verbe utilisé autrefois pour les pipes (bourrer sa pipe). Maintenant que les moeurs ont un poil évolué, notamment grâce à Tabatha Cash, on utilise ce verbe dans tout un tas d’autres expressions subtiles zé délicates, comme «bourrer sa copine», «je vais te bourrer ta sale gueule» ou «se bourrer la gueule» (et les expressions dérivées «être bourré comme un âne, comme un coing, comme un ours, etc..»). On l’utilise aussi en planche pour dire qu’on va très vite (bourrer comme un malade). Quand au mot pipe, il est passé dans l’expression «tailler une pipe» ou «faire une pipe», qui semble être beaucoup moins compliqué que bourrer une pipe, puisque les blondes y arrivent très bien.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.